Poèmes

Demain (R. Desnos)

« Demain » « Âgé de cent mille ans, j’aurais encor la force De t’attendre, ô demain pressenti par l’espoir. Le temps, vieillard souffrant de multiples entorses, Peut gémir : Le matin est neuf, neuf est le soir. Mais depuis trop de mois nous vivons à la veille, Nous veillons, nous gardons la lumière et le […]

lire la suite

Commune présence (R. Char)

tu es pressé d’écrire comme si tu étais en retard sur la vie s’il en est ainsi fais cortège à tes sources hâte-toi hâte-toi de transmettre ta part de merveilleux de rébellion de bienfaisance effectivement tu es en retard sur la vie la vie inexprimable la seule en fin de compte à laquelle tu acceptes […]

lire la suite

A la recherche de la liberté perdue

L’appel du large Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme, Le coeur gros de rancune et de désirs amers, Et nous allons, suivant le rythme de la lame, Berçant notre infini sur le fini des mers. Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent Pour partir, coeurs légers, semblables aux ballons, De […]

lire la suite

Bien dans sa peau (E. Granek)

  Paraît que pour être au plus haut faut se sentir bien dans sa peau. Si donc nous nous y sentons mal ça peut nous bouffer le moral et c’est porte ouverte aux dégâts… Aussi soyons de notre temps car qui voudrait tels embarras ? Solutionnons en nous soignant Ché pas si j’ai bien expliqué. […]

lire la suite

Petit poème des poissons de la mer (A. Artaud)

Je me suis penché sur la mer Pour communiquer mon message Aux poissons: «Voilà ce que je cherche et que je veux savoir.» Les petits poissons argentés Du fond des mers sont remontés Répondre à ce que je voulais. La réponse des petits poissons était: «Nous ne pouvons pas vous le dire Monsieur PARCE QUE» […]

lire la suite

N’est-ce pas, en dépit des sots et des méchants (P. Verlaine)

N’est-ce pas ? en dépit des sots et des méchants Qui ne manqueront pas d’envier notre joie, Nous serons fiers parfois et toujours indulgents. N’est-ce pas ? nous irons, gais et lents, dans la voie Modeste que nous montre en souriant l’Espoir, Peu soucieux qu’on nous ignore ou qu’on nous voie. Isolés dans l’amour ainsi […]

lire la suite

Chanson du geôlier (J. Prévert)

  Où vas-tu beau geôlier Avec cette clé tachée de sang Je vais délivrer celle que j’aime S’il en est encore temps Et que j’ai enfermée Tendrement cruellement Au plus secret de mon désir Au plus profond de mon tourment Dans les mensonges de l’avenir Dans les bêtises des serments Je veux la délivrer Je […]

lire la suite

Cette lumière peut-elle (R.-M. Rilke)

Cette lumière peut-elle tout un monde nous rendre ? Est-ce plutôt la nouvelle ombre, tremblante et tendre, qui nous rattache à lui ? Elle qui tant nous ressemble et qui tourne et tremble autour d’un étrange appui. Ombres des feuilles frêles, sur le chemin et le pré, geste soudain familier qui nous adopte et nous […]

lire la suite

Un grand sommeil noir (P. Verlaine)

Un grand sommeil noir Tombe sur ma vie : Dormez, tout espoir, Dormez, toute envie ! Je ne vois plus rien, Je perds la mémoire Du mal et du bien… O la triste histoire ! Je suis un berceau Qu’une main balance Au creux d’un caveau : Silence, silence ! Paul Verlaine

lire la suite

Enivrez-vous (Ch. Baudelaire)

Il faut être toujours ivre. Tout est là: c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi? De vin, de poésie, de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous. Et si quelquefois, sur les marches […]

lire la suite

Rêve pour l’hiver (A. Rimbaud)

L’hiver, nous irons dans un petit wagon rose Avec des coussins bleus. Nous serons bien. Un nid de baisers fous repose Dans chaque coin moelleux. Tu fermeras l’oeil, pour ne point voir, par la glace, Grimacer les ombres des soirs, Ces monstruosités hargneuses, populace De démons noirs et de loups noirs. Puis tu te sentiras […]

lire la suite

Quatre phrases de (Charles Baudelaire)

« Alors, ô ma beauté, dites à la vermine Qui vous mangera de baisers Que j’ai gardé la force et l’essence divine De mes amours décomposés » **** « Le beau est toujours bizarre » **** « J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans » **** « Etoile de mes yeux, soleil de ma nature Vous, mon ange et ma […]

lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *